28 juin 2018

La chanson d’amour monodique française au XIVe s

Module de formation professionnelle
Musiques médiévales

La chanson d’amour monodique en langue française au XIVe siècle

Présentation et objectifs de la formation :

Il s’agit d’aborder l’interprétation de la chanson d’amour monodique en langue française du XIVe siècle dans le cadre d’une tradition de composition musicale et littéraire de près de 300 ans Replacer ce répertoire dans son contexte de tradition apporte des points de réponse sur des enjeux d’interprétation qui ne transparaissent pas dans les sources manuscrites. Entre pratique vivante d’un art et sources manuscrites, nous sommes amenés à nous interroger sur les fondements de l’écriture musicale, sur sa fonction et sur sa nécessité, sur les éléments qu’elle indique et sur ceux que, véhiculés par la seule pratique vivante, elle ne nous transmet pas. Le corpus choisi rassemblera les pièces du Roman de Fauvel, Jehan de Lescurel, Guillaume de Machaut. Nous traiterons en particulier des formes musicales empruntées au domaine de la danse (rondeaux, virelais et ballades) et nous détermineront les liens qui peuvent être entretenus entre ces deux répertoires distincts : celui de la danse et celui de la chanson d’amour ; des styles et des répertoires différents qui nous amèneront vers les questions de modalité, de notation rythmique et de tempéraments musicaux. De l’ensemble des thèmes abordés résultera une approche résolument novatrice de la lecture des sources musicales manuscrites.                                    © Robin H. Davies

Les objectifs visés sont multiples. Ils doivent faire prendre conscience aux musiciens :

– de la coexistence de répertoires multiples pouvant fonctionner selon des principes modaux et des tempéraments différents. Ces répertoires sont liés à une fonctionnalité et à un cadre d’exécution propre à chacun alors qu’ils cohabitent et s’épanouissent au sein d’une même structure sociale. Ils se nourrissent et s’enrichissent sans jamais perdre leurs caractéristiques intrinsèques. Ainsi un rondeau peut être une danse ou une chanson d’amour, sans jamais être une chanson d’amour à danser.

– que les mécanismes du fonctionnement traditionnel ont une influence primordiale sur la pratique d’un répertoire au point de conditionner la lecture des sources musicales manuscrites.

– que l’écriture musicale médiévale, aussi précise et similaire à la graphie de notre solfège moderne soit-elle au XIVe siècle, n’est pas l’outil d’exécution de la musique que nous connaissons aujourd’hui au travers de la partition.

Conditions d’accès à la formation :

Sélection : ces modules de formation s’adressent à des musiciens professionnels.Ceux-ci seront sélectionnés sur dossier (lettre de motivation argumentée, biographie, fichiers audio et/ou vidéo, liens internet) puis éventuellement auditionnés.

Prérequis : Pratique et connaissances avancées des musiques médiévales. Priorité donnée aux praticiens des répertoires de poésie lyrique d’oc et/ou d’oïl.

Public destinataire : Formation ouverte aux musiciens professionnels spécialisés dans l’interprétation des musiques médiévales et aux étudiants chercheurs en musicologie médiévale.

Programme :

Cliquez sur le lien suivant pour télécharger le programme complet de la formation :

Intervenants :

  • BRICE DUISIT : musicien, formateur de musiciens médiévistes professionnels, recherches sur l’interprétation des répertoires romans de langue occitane.
  • Arnaud BIBONNE : musicien, compositeur, interprète.
  • Audrey DELOFFRE : formatrice danses traditionnelles.
  • Linguiste/philologue : Professeur à l’université Paul-Valéry Montpellier 3.

Brice Duisit :

Luthiste de formation, Brice Duisit suit les cours du Conservatoire National de Musique de Pau. Passionné par les musiques médiévales, il se perfectionne au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon en paléographie musicale et dans la pratique du contrepoint des XIIe et XIIIe siècles. Son intérêt pour les XIIe et XIIIe siècles l’amène à aborder le répertoire des poésies lyriques et à s’initier à la vièle à archet. Il s’ensuit une recherche sur les premières poésies en langues romanes au travers de laquelle il développe une interprétation musicale racée, basée sur le rapport du texte à la musique, de l’instrument à la voix, du compositeur à l’interprète. Parallèlement à une carrière artistique dédiée aux concerts et à l’enregistrement de disques régulièrement primés par la presse internationale spécialisée, il développe les activités d’enseignement et de recherche. Il poursuit ses investigations dans le domaine de la poésie lyrique du XIVe siècle pour laquelle il propose des pistes novatrices d’interprétation.

Responsable pédagogique :

  • Gisèle CLÉMENT – Maître de conférences en Musicologie médiévale.
    Contact : contact@cimmedieval.org

Partenariat :

  • Université Paul-Valéry Montpellier 3 / UFR1 / Département de Musicologie / Centre International de Musiques Médiévales – Du ciel aux marges (CIMM)

Dates :

  • 10-16 décembre 2018

Horaires :

  • 9h30-13h00 et 14h30-18h00 + concert (évaluation) le 7e jour en soirée.

Lieu de la formation :

  • Montpellier/Maison des chœurs.

Tarifs 2018-2019 :

  • 1900 € pour les stagiaires financés
  • 450 € pour les stagiaires finançant euxmêmes leur module, (salariés ou demandeurs d’emploi).

Inscription :

  • Date limite : 1er novembre 2018
  • Contact : Madame Catherine FÈRES
  • Mail : ufr1.fc@univ-montp3.fr
  • Tel : 04 67 14 55 70

Liens utiles :